Toxiques | le 24 novembre 2012

Zara doit se désintoxiquer !

Paris, le 24 novembre 2012 – Greenpeace mène aujourd’hui des actions de sensibilisation devant les magasins Zara dans 19 villes de France* mais également dans près d’une vingtaine de pays dans le monde. En France, les militants de Greenpeace organisent des défilés de mode toxique devant les magasins Zara : les mannequins d’un jour défilent habillés avec des vêtements Zara et en portant un masque contre les produits toxiques.

Ces actions ont pour objectif d’alerter les passants et les clients de la marque sur la présence, dans les vêtements Zara, de substances chimiques qui sont dangereuses lorsqu’elles sont rejetées dans l’environnement. Les militants de Greenpeace invitent les passants à exiger de la marque espagnole qu’elle renonce à ces substances toxiques.

Une réponse insuffisante de Zara

Cette journée de sensibilisation fait suite à la publication d’un rapport par Greenpeace le 20 novembre dernier intitulé « les dessous toxiques de la mode » (télécharger le résumé en français). En réponse à ce rapport, Zara a affirmé sa « volonté » de cesser tout rejet de substance chimique dangereuse.

« Cette réponse est encourageante, mais insuffisante », commente Jérôme Frignet, chargé de campagne pour Greenpeace. « Zara vend plus de 850 millions d’articles dans le monde chaque année. En analysant 10 de ces vêtements, nous avons décelé la présence de plusieurs substances chimiques dangereuses. Zara ne peut pas nier qu’il y a un problème. »

Greenpeace demande à Zara de prendre immédiatement un engagement crédible et ambitieux pour cesser d’utiliser ces substances chimiques dangereuses. Cet engagement passe par l’exclusion immédiate des produits les plus dangereux et la transparence la plus totale sur les produits chimiques que la marque utilise et sur les lieux où ses vêtements sont fabriqués.

Se désintoxiquer : c’est possible !

Des marques comme H&M ou Mark & Spencers ont pris des engagements sérieux et basés sur la transparence pour cesser de polluer les rivières et de menacer indirectement notre santé. Ce n’est donc pas impossible.

En 4 jours, plus de 241 000 internautes ont rejoint le mouvement pour mettre la pression sur certaines marques afin de les inciter à renoncer aux substances toxiques : http://www.greenpeace.fr/detox

* les villes concernées sont : Angers, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Lille, Lyon, Poitiers, Marseille, Montpellier, Nancy, Nice, Pau, Rennes, Rouen, Toulouse, Strasbourg, Rennes et Paris.