Toxiques | le 5 mars 2013

Action à la Fashion Week : Greenpeace met Chanel au défi pour une mode zéro déforestation et zéro toxique

Paris, le 5 mars 2013 – Dans le cadre de son défi lancé à la mode, Greenpeace a interpellé Chanel ce matin juste avant le défilé de la mythique marque au Grand Palais à Paris. Le long d’une des colonnes du monument, des activistes de Greenpeace ont déployé une grande banderole sur laquelle on pouvait lire « Chanel, dépolluez la mode ! » tandis que d’autres militants déployaient des banderoles où était écrit « Zéro déforestation », « Clean up fashion ! » ou « Chanel Toxic ? ».

06Chanel n’a aucune transparence sur sa politique environnementale en matière d’utilisation de produits chimiques toxiques, d’approvisionnement en cuir ou en papier. C’est pour l’heure l’une des marques de la haute couture les plus mal notées dans le classement établi par Greenpeace à l’occasion de sa campagne « Fashion Duel »

« Chanel est une marque mythique, avant-gardiste même à ses origines, mais elle fait pour l’heure la politique de l’autruche et refuse de s’engager« , explique Jérôme Frignet, chargé de campagne Forêts pour Greenpeace France. « Vu son statut, sa réputation mondiale de créateur de tendance, elle devrait adopter la plus fashion des attitudes avec des chaînes d’approvisionnement et de fabrication respectueuses de l’environnement, qui ne polluent pas les eaux, et ne détruisent pas les forêts tropicales. »

Fashion Duel : la haute couture passée au crible par Greenpeace

Greenpeace a lancé le 7 février le classement « Fashion Duel » de la haute couture, visible sur http://fr.thefashionduel.com/

Ce classement évalue 15 grandes marques sur trois aspects de leurs chaînes d’approvisionnement et de fabrication: le cuir, le papier d’emballage et l’utilisation de produits chimiques toxiques. Les marques ont été sollicitées et classées selon leur transparence et leur volonté de prendre des engagements crédibles pour une mode « detox » et dont les matières premières ne contribuent pas à la déforestation.

« Il est inadmissible que des marques aussi prestigieuses que Prada, Chanel ou Hermès par exemple, avec de telles marges réalisées pour chaque article vendu, n’aient pas déjà des chaînes de fabrication respectueuses de l’environnement, garanties Zéro Déforestation ou Zéro toxique » conclut Jérôme Frignet.

Jusqu’à présent, seule la marque Valentino s’est distinguée en prenant un engagement ferme de mise en œuvre de politique zéro déforestation et zéro toxique. Sept autres marques ont pris des engagements partiels, telle Vuitton ou Dior. Les sept marques les moins bien classées, dont Chanel, Hermès ou Prada, brillent par leur total manque de transparence, et l’absence d’engagement à améliorer leurs pratiques environnementales.

Photos et vidéos disponibles sur demande