Océans | le 27 mai 2013

Monsieur Cuvillier, savez-vous compter ?

Saint-Malo (Ile et Vilaine), le 27 mai 2013 – Greenpeace, arrivée à bord de l’Arctic Sunrise à Saint-Malo hier, a projeté ce matin sur les remparts de la vieille ville un message reprenant les chiffres clés de la pêche artisanale en France : 80% de la flotte, 50% des emplois du secteur. Ce message est directement adressé au ministre de la Pêche, lui demandant : « Monsieur Cuvillier, savez-vous compter ? ». Le ministre a jusqu’ici ignoré les pêcheurs artisans de la plateforme de la petite pêche artisanale française qui souhaitent le rencontrer. Pour le bien du secteur et de la ressource, un changement d’attitude urgent est indispensable.

projection St Malo

© Markel Redondo / Greenpeace

La pêche artisanale, le futur du secteur, pour l’emploi aussi

Aujourd’hui, 7000 emplois dans le secteur de la pêche relèvent de la pêche artisanale. Contrairement à ceux de la pêche industrielle, ce sont des emplois locaux, à temps plein, non délocalisables, qui permettent de créer de la richesse au niveau local. Encore mieux, à la tonne de poisson pêchée, la petite pêche durable peut fournir 4 à 7 fois plus de d’emplois que la pêche industrielle, car elle est moins mécanisée. Les pêcheurs artisans valorisent leur pêche localement, vendent des produits de qualité et n’ont pas besoin de courir après la quantité de poissons pour vivre.

Préserver la ressource, c’est créer des emplois

« Le comité des pêches de Saint Malo accueillait hier l’Arctic Sunrise avec une banderole disant que Greenpeace était prédateur de leurs emplois« , explique Hélène Bourges, chargée de campagne Océans pour Greenpeace embarquée à bord du navire de l’association. » Nous ne disons pourtant qu’une chose : les pêcheurs industriels scient la branche sur laquelle ils sont assis : 60% des stocks de poissons en Europe sont surexploités. La surpêche épuise le secteur ! Préserver la ressource en poissons, c‘est bel et bien préserver les emplois du secteur. »

La pêche industrielle a vu le nombre des emplois baisser de 31% ces 15 dernières années, alors que la pêche artisanale a bien mieux résisté, parce qu’elle n’épuise pas les stocks de poissons desquels elle vit. Selon une étude de The New Economics Fundation, si les stocks de poissons étaient en bonne santé, la pêche serait meilleure, et le secteur pourrait profiter en France de la création de 6000 emplois supplémentaires, soit une croissance d’environ 50%.

L’Arctic Sunrise en soutien à la pêche artisanale

L’Arctic Sunrise est en tournée pour alerter les décideurs politiques et les citoyens sur la nécessité de changer le cap dans la gestion des ressources en poissons et promouvoir un modèle de pêche porteur d’avenir : celui de la petite pêche artisanale. Le bateau de Greenpeace fait escale à Saint-Malo jusqu’au 28 mai, puis s’arrêtera à Boulogne les 3 et 4 juin. Le ministre de la Pêche, monsieur Cuvillier, y a été invité, une fois de plus, à rencontrer les pêcheurs artisans qui représentent la moitié du secteur. Il ne peut continuer à les ignorer.