Océans | le 5 juin 2013

Monsieur Cuvillier : place aux pêcheurs artisans

Paris, le 5 juin 2013 – A 9h15 ce matin, lors du discours d’ouverture de Frédéric Cuvillier aux assises de la pêche à Paris dans le 8ème arrondissement, Greenpeace est venue rappeler à monsieur le ministre que la politique commune de la pêche européenne met maintenant les pêcheurs artisans sur le devant de la scène pour une meilleure gestion des océans. Six activistes ont déployé trois banderoles sur la scène, où on pouvait lire : « M. Cuvillier, Suivez le cap européen : place aux artisans. » et « Petite pêche, grand avenir ».

024G0240

© Nicolas Chauveau / Greenpeace

« Le mépris de monsieur Cuvillier pour la plateforme de la petite pêche artisanale française est flagrant : il a ignoré les différentes invitations que nous lui avons faites parvenir conjointement avec eux, dont la dernière en date à Boulogne-sur-Mer, au cœur même de sa ville » , explique Hélène Bourges, chargée de campagne Océans pour Greenpeace. « Il va pourtant devoir prendre en compte les pêcheurs artisans, qu’il le veuille ou non. La nouvelle réglementation européenne le lui impose. »

L’Europe met les pêcheurs artisans au cœur de la politique commune des pêches

Après trois ans de négociations, un accord vient d’être conclu au niveau européen sur la réforme de la politique commune de la pêche. Parmi les avancées, les états membres devront accorder un accès à la ressource d’abord aux pêcheurs qui ont les pratiques les plus durables au niveau social et environnemental. Auparavant, les quotas de pêche étaient redistribués par les États seulement en fonction des quotas précédents, sans tenir aucun compte de l’impact des différentes techniques sur la ressource et l’environnement marin.

« C’est une avancée majeure et une première en Europe, mais monsieur Cuvillier a pesé de tout son poids contre cette réforme, qu’il salue d’ailleurs maintenant dans les medias », souligne Hélène Bourges. « Greenpeace demande au ministre d’inclure les pêcheurs artisans dans les discussions sur l’avenir de la pêche. »

Le ministre à contre courant

Frédéric Cuvillier s’est exprimé au moins à deux reprises sur les pêcheurs artisans publiquement, la première fois lors d’une audition à l’assemblée nationale où il soulignait que ces pêcheurs artisans, qui représentent 80% de la flotte et 50% des emplois du secteur, utilisaient des « barques ». La deuxième fois en ce début de semaine, dans La Voix du Nord, où il disait que ce type de pêche s’apparentait à de la pêche de loisir.

« Le ministre de la Pêche n’a toujours pas saisi l’importance de ces pêcheurs, auxquels il faut pourtant accorder une place juste pour aller vers une meilleure gestion des océans. Nous serons vigilants sur l’application en France de la nouvelle réglementation européenne qui donne une place importante aux pêcheurs artisans. » conclut Hélène Bourges.