Océans | le 31 mai 2013

La ville du ministre de la Pêche veut faire taire Greenpeace

Paris, le 31 mai 2013 – Les autorités portuaires de Boulogne-sur-Mer nous ont transmis leur décision hier soir : l’Arctic Sunrise, qui devait s’amarrer lundi 3 juin quai amiral Huguet, bassin Loubet, à Boulogne, vient d’être relégué dans une zone du port commercial interdite d’accès au public, alors que l’essentiel de cette campagne de terrain repose sur le contact avec les citoyens.

« La simple venue d’un bateau de Greenpeace pour nouer un dialogue et informer le public sur la crise des océans et les méthodes de pêche les plus respectueuses de l’environnement crispe les autorités au point de nous censurer« , explique Hélène Bourges, chargée de campagne océans, embarquée à bord de l’Arctic Sunrise.
« Boulogne-sur-Mer est la ville de notre ministre de la Pêche, monsieur Cuvillier (Frédéric Cuvillier était maire de Boulogne-sur-Mer de 2002 à 2012, il y est toujours conseiller municipal). Après son attitude rétrograde au sein de l’Union européenne durant l’adoption de la nouvelle politique commune de la Pêche où il n’a fait que défendre le modèle actuel destructeur de la ressource et ne laissant aucune place à des pratiques de pêche durable, le ministre enfonce le clou : il ne veut pas entendre parler des pêcheurs artisans. Il va pourtant devoir s’y faire, la nouvelle orientation européenne prise cette semaine ne lui laisse pas le choix : les pêcheurs artisans doivent être pris en compte au même titre que les autres. Quoi qu’il arrive, Greenpeace fera passer ce message à Boulogne-sur-Mer avec l’Arctic Sunrise lundi et mardi prochain. »

Greenpeace demande aux autorités boulonnaises d’attribuer à nouveau à l’Arctic Sunrise la place qui lui avait été promise quai Amiral Huguet bassin de Loubet.

Boulogne-sur-Mer muselle la parole et verrouille le débat

Greenpeace avait l’autorisation de s’amarrer au quai public depuis le 5 avril, mais sous prétexte de « maintien de la sécurité publique », Greenpeace est censurée. L’Arctic Sunrise est pourtant passé dans des dizaines de villes en Europe pour faire passer son message de soutien à la pêche artisanale, grâce à une exposition photo et des visites du bateau. Ce qui n’a posé aucun problème aux différentes autorités de la Roumanie à l’Espagne en passant par la Grèce ou la Croatie. 110 000 citoyens européens ont rejoint la campagne, qui vise à soutenir une pêche artisanale, durable, sélective, respectueuse de l’environnement, comme solution à la surpêche qui menace l’avenir des océans et de la pêche. L’Union européenne elle-même, arrivée à un accord sur la réforme de la politique commune de la pêche hier, reconnaît le rôle de ces pêcheurs artisans

L’Arctic Sunrise à Boulogne en soutien aux pêcheurs artisans

Greenpeace fera tout son possible pour maintenir les visites du bateau et les invitations lancées au public depuis plusieurs semaines, mais aussi pour tenir ses engagements envers les pêcheurs artisans.

« Les pêcheurs artisans travaillent avec nous notamment pour avoir le droit à la parole, au sein des instances classiques de représentation et du processus de décision politique » déclare Hélène Bourges. « Monsieur Cuvillier semble avoir un problème avec ces pêcheurs, puisqu’il ignore leur invitation : venir les rejoindre à Boulogne sur l’Arctic Sunrise. Il n’est pas intervenu pour faciliter le dialogue. La France est le seul pays d’Europe où on ne peut parler librement de pêche, et Boulogne-sur-Mer est la ville en France où nous recevons, pour le moment, l’accueil le plus dur. Malgré ce mépris manifeste, nous continuerons de nous battre pour faire exister le point de vue des pêcheurs artisans.«