Energie / Climat | le 5 mars 2014

Nucléaire : actions de Greenpeace partout en Europe

Paris, le 5 mars 2014 – Ce matin, dans six pays européens (la France, la Suède, la Belgique, l’Espagne, les Pays Bas et la Suisse), 240 militants de Greenpeace ont pris part à des actions pour mettre en lumière les risques liés au vieillissement des centrales nucléaires. Les militants de Greenpeace ont ainsi demandé que leurs gouvernements refusent la prolongation de la durée de vie des plus vieilles centrales au-delà de leur durée de fonctionnement initiale et investissent à la place dans des énergies propres et sûres, tout en soutenant un objectif de 45% de renouvelables en 2030 en Europe.

Les informations et images sur ces actions sont diffusées ici : http://bit.ly/1mUopEZ

Deux actions en France

Ce matin à 7h45, 10 militants de Greenpeace ont symboliquement fermé la centrale du Bugey (Ain) et ont commencé à en démonter les panneaux d’entrée. Ils ont aussi déployé plusieurs barrières de sécurité, des pancartes et deux camions devant la principale entrée de la centrale.

Avec cette action, les militants de Greenpeace portent une demande spécifique pour la France : le texte de la future loi sur l’énergie doit inscrire la limite de 40 ans comme durée de fonctionnement maximale pour l’ensemble des réacteurs nucléaires français.

Dans le Nord, 18 militants de Greenpeace sont entrés dans la centrale nucléaire de Gravelines ce matin à 5h50. Cette centrale aura 40 ans en 2020. L’état de sûreté de ses réacteurs se dégrade, augmentant la probabilité d’un accident. Par exemple, l’Autorité de sûreté nucléaire a constaté des fissures au fond de la cuve du réacteur n°1, ce qui la rend plus vulnérable aux risques de rupture.

Les militants ont pénétré dans la centrale jusqu’à arriver au pied de la piscine du réacteur n°6. C’est là qu’ils ont été arrêtés à 6h08 après avoir franchi trois barrières de sécurité. Ils étaient là pour porter la même demande qu’au Bugey. Le fait qu’ils se soient fait arrêter n’est pas important ici : ils n’étaient pas là pour démontrer une faille de sécurité dans la protection des centrales nucléaires mais bien pour dénoncer les risques liés au vieillissement des réacteurs nucléaires, aussi bien les risques d’accidents que les risques financiers.

Un problème européen

Sur les 151 réacteurs en fonctionnement en Europe, 66 ont plus de 30 ans et 7 ont été mis en service il y a plus de 40 ans.

Comme le montre le rapport publié ce matin par Greenpeace, le problème du vieillissement des centrales nucléaires est généralisé en Europe : sur les 151 réacteurs en fonctionnement en Europe, 66 ont plus de 30 ans et 7 ont été mis en service il y a plus de 40 ans. Le résumé en français du rapport est disponible ici : http://bit.ly/1hIFQUr Le rapport intégral en anglais est disponible ici : http://bit.ly/1hIGa5o

Greenpeace permet aux citoyens européens de prendre conscience du problème et de se mobiliser sur le site out-of-age.eu.