Energie / Climat | le 23 avril 2013

Delphine Batho à Dublin : une bonne déclaration qui ne doit pas rester lettre morte

Paris, le 23 avril 2013 – Lors d’un déjeuner informel des ministres européens de l’énergie à Dublin, la ministre française Delphine Batho a annoncé puis twitté que la France soutiendrait un triple objectif de développement des énergies renouvelables, d’efficacité énergétique et de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030.

Greenpeace salue cette déclaration à la tonalité ambitieuse de la ministre de l’environnement et de l’énergie, première annonce volontariste depuis le début du débat national sur la transition énergétique.

Greenpeace demande maintenant au Président de la République de confirmer l’annonce de Delphine Batho et d’aller plus loin que cette déclaration d’intention en précisant le niveau d’ambition et de contrainte de ces trois objectifs.

Pour Greenpeace, des objectifs contraignants de 45% d’énergies renouvelables et d’au moins 55% de réduction des émissions de gaz à effet de serre domestiques d’ici 2030 sont atteignables mais avant tout indispensables pour faire face aux crises climatique et énergétique.

Cet engagement français, s’il est confirmé, ferait contrepoids à l’initiative du Royaume-Uni qui refuse pour l’heure de défendre un objectif contraignant de développement des énergies renouvelables à l’échelle européenne. La position française permettrait de créer une dynamique positive au sein de l’Union européenne alors que six pays d’Europe centrale et orientale (Roumanie, République tchèque, Slovaquie, Hongrie, Bulgarie, Pologne) déclaraient récemment être opposés à l’idée même de « fixer des règles juridiques de nature obligatoire » sur l’énergie et le climat pour 2030.