Energie / Climat | le 28 novembre 2016

Comptes d’EDF : Greenpeace porte plainte contre l’entreprise et son PDG

Paris, le 24 novembre 2016 – Greenpeace porte plainte au Parquet national financier contre EDF et son PDG, Jean-Bernard Lévy, pour délits boursiers. L’association les accuse de présenter un bilan inexact et de diffuser des informations trompeuses. Elle demande au Parquet d’ouvrir une enquête préliminaire ou que soit désigné un juge d’instruction sur ce sujet d’intérêt général où les actionnaires, les investisseurs mais également les citoyens français sont induits en erreur par EDF et son PDG.

EDF soupçonnée de trafiquer ses comptes

Greenpeace reproche à EDF et à son PDG Jean-Bernard Lévy de masquer la réalité de la situation financière d’EDF dans ses résultats.

Ainsi, EDF dissimule une très grosse partie des coûts qu’elle devrait provisionner : entre 50 et 70 milliards d’euros pour le démantèlement et la gestion des déchets nucléaires.
Par ailleurs, EDF prétend, dans son rapport semestriel de juin 2016, pouvoir exploiter ses réacteurs jusqu’à 50 ans au lieu de 40 ; une hypothèse que l’Autorité de sureté nucléaire ne considère pas comme acquise.

« Par cette plainte, c’est  le régime d’exception dont profite l’entreprise EDF, notamment sur le terrain financier, qui est dénoncé. Il est temps que des autorités judiciaires se prononcent sur ces pratiques boursières frauduleuses », explique Maître Marie Dosé, avocate de l’association sur ce dossier.

EDF n’a plus les moyens de sa stratégie nucléaire

Cette plainte s’inscrit dans la continuité de plusieurs alertes lancées par la Cour des comptes sur les coûts de production de l’électricité nucléaire.
Elle fait également écho à la publication de l’étude rédigée par AlphaValue à la demande de Greenpeace, dans laquelle le cabinet d’analyse financière fait état de graves inexactitudes qui affectent les finances de l’entreprise et dissimulent une situation de faillite.
Pour Cyrille Cormier, chargé de campagne énergie pour Greenpeace, « l’insincérité des comptes d’EDF vise à cacher la situation financière extrêmement dégradée de l’entreprise ».

Une situation que Jean-Bernard Lévy, le PDG de l’entreprise, devra assumer puisqu’il a attesté que les comptes publiés en juin 2016 donnent une image fidèle de la situation d’EDF.

« La responsabilité des dirigeants d’EDF est en cause. Ils s’enferrent dans leur stratégie nucléaire alors qu’il est désormais établi que la fermeture de réacteurs bénéficierait à l’équilibre financier d’EDF », conclut Cyrille Cormier.

Contacts presse

Méryl Sotty, chargée de communication à Greenpeace : 06 73 89 48 90