Energie / Climat | le 30 mars 2013

Action de Greenpeace : les localités près de Gravelines, Bugey, Tricastin et Blayais, rebaptisées « Fessenheim »

Paris, le 30 mars 2013 – Dans la deuxième partie de la nuit, les militants de Greenpeace ont massivement renommé « Fessenheim »les localités autour des quatre centrales nucléaires à fermer en priorité : Gravelines, Bugey, Tricastin et Blayais. Les panneaux de signalisation de dizaines de villages ou de villes autour de ces centrales ont été recouverts par des panneaux de signalisation « Fessenheim ».

Toutes aussi dangereuses que Fessenheim

Par cette activité symbolique, Greenpeace rappelle que Gravelines, Bugey, Tricastin, Blayais font partie, comme Fessenheim, des cinq centrales nucléaires françaises à fermer en priorité. Des critères de sûreté, de risque d’agressions externes naturelles (séisme, inondation, etc.) ou non naturelles (chute d’avion, risque industriel, etc.) et les potentielles conséquences d’un accident majeur (bassin de population, vents dominants, contamination, agriculture, tourisme, emplois, etc.) ont été analysées dans un rapport publié le jeudi 28 mars.

Consultez l’analyse complète ici : http://act.gp/16Yi3Kh

« Ces centrales, pas plus sûre que Fessenheim, doivent être fermées le plus vite possible. Pour tenir sa promesse de passer de 75 à 50% d’électricité nucléaire, François Hollande doit acter la fermeture de vingt réacteurs à horizon 2020« , explique Sophia Majnoni, chargée de campagne nucléaire pour Greenpeace France.

A l’occasion des journées de l’énergie, Greenpeace donne rendez-vous à 9h30 devant chaque centrale pour une présentation officielle du rapport de Greenpeace.